Elizabeth Southerden Thompson

Lettres de Terre Sainte, Londres, 1903

Elizabeth Southerden Thompson (Suisse 1846, Irlande 1933), mieux connue comme Mme Butler, est une peintre anglaise connue, spécialisée dans la peinture des célèbres campagnes et batailles militaires.
En 1891 son passage pour quatre semaines en Terre Sainte avec son mari William Francis Butler, officier de la British Army, fut pour elle un moyen de s’arrêter pour peindre quelques uns des plus importants lieux de la chrétienté. Cette expérience la marqua au point qu’elle décida de publier les lettres qu’elle avait écrit à sa mère, Christiana Thompson, à cette occasion. Dans une lettre elle s’arrête longuement pour raconter avec une grande émotion sa première visite au Saint Sépulcre à peine arrivée à Jérusalem.

7 avril 1891

(...) Vous n’avez pas à imaginer que l’Eglise s’érige, imposante sur une hauteur et qu’on soit impressionnée par ses proportions. On rejoint la façade en descendant la colline à cotés d’autres édifices. Ce qui en revanche attire avec une grande force de persuasion c’est son ancienneté profonde et son être informe, parce qu’on comprend tout de suite que l’Eglise existe exclusivement pour abriter les lieux qu’elle renferme en elle et, par conséquent, qu’elle ne peut avoir aucune symétrie architectonique, ni aucun plan défini : ses gigantesques dimensions sont nécessaires pour pouvoir héberger la Chapelle située sur le Calvaire et sur le Saint Sépulcre et d’autres encore, celles érigées par l’Impératrice Hélène sur chaque lieux saint qu’elle identifiait avec le plus grand soin.


(…) la grande coupole centrale de l’église au-dessus de la chapelle du Saint-Sépulcre, située dans le grand espace central, est un précieux écrin qui contient la pierre vénérée comme Tombe de notre Seigneur et son antichambre. On entre dans le vestibule et s’inclinant, on continue à genoux jusqu'au vrai tombeau lui-même. La petite et basse tombe grossièrement taillée dans la roche se trouve à droite, recouverte d'une dalle de pierre usée par les lèvres des innombrables pèlerins qui l’ont visitée depuis les longs siècles de l'ère chrétienne. Un moine monte la garde et à côté de lui il y a à peine la place pour une personne. Plusieurs fois, j'ai essayé de vous raconter les pensées et les sentiments que j'ai ressenti pendant les brefs moments de ma première, bouleversante, visite, mais cela m’était impossible, et vous devez bien comprendre pourquoi.