Les disciples cachés

Une fois constatée la mort de Jésus, on s’attendrait à ce que des personnes, mandatées par les autorités juives, enlèvent le corps de Jésus de la croix et le déposent dans un sépulcre commun réservé aux malfaiteurs exécutés.
Les choses se déroulent cependant bien autrement parce qu’à ce moment-là les autorités juives disparaissent et se présente un ami de Jésus, Joseph d’Arimathie, personnage jusque-là inconnu au lecteur de l’évangile mais qui devait être bien connu des premiers chrétiens. Joseph d’Arimathie est le personnage clef de tout l’épisode.
Les récits évangéliques le présentent en insistant sur son importance au plan social et religieux : il s’agit d’un homme riche, membre du Sanhédrin, qui ne devait pas avoir approuvé la décision prise contre Jésus, et qui attendait le Royaume de Dieu. C’était, un disciple de Jésus.
Saint Jean fait intervenir à ce momentlà un autre disciple de Jésus. Il s’agit de Nicodème qui, au début du ministère de Jésus, avait rencontré ce dernier de nuit et avait reçu l’annonce de la vie nouvelle d’en-haut. Tous deux appartenant au Sanhédrin et disciples cachés de Jésus, frappés par la preuve suprême d’amour de leur Maître, sortent de l’ombre, investis d’un courage extraordinaire.
Ils se manifestent ouvertement comme disciples du Crucifié et chacun offre un don. Nicodème, les précieuses huiles et les parfums destinés à l’onction et Joseph, sa tombe neuve. Les évangiles les ont confiés pour toujours au souvenir et à la vénération des chrétiens.
L’Église de Jérusalem et les chrétiens de Terre Sainte font mémoire de Joseph d’Arimathie et de Nicodème chaque année le 31 août.



Dans les récits évangéliques
La sépulture